GR10.fr - La grande traversée des Pyrénées

La grande aventure de la traversée des Pyrénées via le gr10, vous en aviez rêvé? Alors, faites-le! Ce site vous aidera à préparer votre itinéraire, matériel et alimentation. Il contient également le récit complet des 41 jours de marche de Eric et Nicolas.

retour

jour24

suivant

 

Soirée et nuit au gîte d’étape d’Elyie d’en haut

La veille de notre première journée (de cette cinquième étape) nous avions décidé de conduire une voiture à notre point d’arrivée (Foix) et revenir avec une autre vers le gîte d’étape d’Eylie d’en haut où nous avions réservé deux places en demi-pension. Notre arrivée, bien que très tardive, a été très chaleureuse. Nous avons été très bien accueillis par les responsables du lieu et nous y avons mangé comme des princes.

5__9a_
"tout le monde dort encore au gîte"

       

 

5__13_
"les premiers rayons de soleil lèchent les sommets"

Elyie d’en haut au Col de l’Arech

Samedi 1er août 2009, Nous quittons le gîte d’étape d’Eylie d’en haut à 6h30 du matin alors que dans le dortoir tout le monde dort encore d’un profond sommeil. Le ciel est clair, il fait déjà très bon. Nous nous sentons seuls et hors du monde. Bien que nos sacs soient très lourdement chargés, nous partons d’un pas décidé, l’esprit léger. La montée sur le col de l’Arech est raide par endroits mais sans difficulté technique particulière. Nous profitons du panorama sur les sommets environnants que nous n’avions pas pu découvrir lors de notre précédente étape il y a un an déjà. Nous alternons chemins de sous-bois et prairies herbeuses remplies d’innombrables pieds de myrtilles.

5__19_
"douceur du relief et ciel bleu au rendez-vous"

5__20_
"un vrai temps de rêve"

5__23_

5__24_
"arrivée au col"

 

 

Au col de l’Arech

Par un très doux et joli chemin herbeux, nous rejoignons la cabane de Lasplanous. Nous décidons d’y faire une pause bien méritée. Ces premiers 850 mètres de dénivelé nous ont quelque peu secoués. Le ciel est bleu mais l’atmosphère est légèrement brumeuse. Un vent chaud, sec et fort se met à souffler progressivement. A l’abri de la cabane, nous l’entendons siffler au travers des volets et de la porte. Nous sommes inquiets de l’évolution de la météo et espérons que l’orage ne viendra pas nous rendre une petite visite prématurée.

5__27_
"le vent fort est aussi de la partie"

 

5__26_
"la cabane de Lasplanous"

5__25_
"le col de l'Arech"

5__32_
"c'est parti pour la descente"

 

5__34_
"la cabane de l'Arech"

Du col de l’Arech au fond de vallée

Nous entamons la rude descente vers le fond de vallée. Le soleil est de plomb mais le vent nous préserve de la chaleur. Le sentier est très pentu et nous amortissons tant bien que mal chacun de nos pas. Le poids des sacs accentue cette impression de lourdeur. Le sentier croise la cabane de l’Arech puis descend au milieu des fougères avant de pénétrer dans une très belle forêt de feuillus et de résineux. Nous faisons des pauses régulières afin de bien nous hydrater. Le fond de vallée est très étroit et encaissé. Nous passons un petit pont de bois où nous croisons de beaux chevaux noirs. Nous voilà déjà au pied de la prochaine difficulté, la montée vers la cabane du Clot du Lac.

5__37_
"t'es sûr que c'est par là?"

5__40_
"il faut descendre jusqu'en bas!"

5__43_

5__42_

 

 

Du fond de vallée à la cabane du Clot du lac

Nous voici confrontés à la seconde difficulté de la journée. Devant nous un dénivelé de 740 mètres nous attend. Il fait chaud, le soleil est ardent et un fort vent du sud nous fait tourner la tête. Au fur et à mesure de la montée nous sentons nos forces faiblir. Chemin faisant nous croisons la cabane de Besset où nous faisons une petite halte à l’abri du vent trop fort. L’heure tourne et nous avons hâte de rejoindre la cabane du Clot du Lac pour la pause de midi. Nous arrivons éprouvés au refuge. Le vent souffle toujours très fort. Nous avons la surprise de constater que le toit de l’abri est arraché. Heureusement, il ne pleut pas et nous nous installons malgré tout dans la ruine relativement à l’abri du vent. La pause repas et la petite sieste nous remettent d’aplomb en moins de deux heures.

5__57_
"montée rude par fort vent chaud et sec"

 

5__62_

5__51_

5__63_

5__47_

5__55_
"Ces nuages ne nous disent rien qui vaille!!"

 

5__65_
"Pause repas à la cabane sans toit"

De la cabane du Clot du Lac au Pla Lalau

Seconde grosse descente de la journée. Nous repartons de la cabane du Clot du Lac bien reposés. Nos pieds commencent cependant à nous faire mal. Le soleil et la chaleur sont toujours présents mais le sentier est heureusement à l’ombre de la forêt. Le fond de l’air est très chaud, le ciel n’est pas menaçant pour le moment. Nous arrivons au gîte d’étape du Pla Lalau où nous profitons d’une bonne bière pour nous désaltérer. Nous décidons, malgré notre état de fatigue et l’heure tardive, de poursuivre notre chemin jusqu’à la cabane d’Aouen, 700 mètres plus haut. Nous avons conscience de la difficulté et ne tardons pas à reprendre notre chemin.

5__67_
"C'est par où déjà?!!"

5__71_
"Descente bucolique"

5__69_

5__72_



 

Du Pla Lalau  à la cabane d’Aouen

Les choses très sérieuses commencent. Le sentier monte rudement et serpente interminablement dans la forêt avant de longer finalement un immense éboulis. Les jambes sont fatiguées à cette heure de la journée. Nous serrons les dents. Les pauses se font de plus en plus nombreuses. Nous sommes inquiets de voir le temps changer très rapidement. De gros nuages noirs montent vers l’ouest et se dirigent vers nous. Nous arrivons in extremis à la cabane d’Aouen où nous avons juste le temps de faire notre toilette dans un cours d’eau attenant avant que la pluie ne nous oblige à rentrer d’un pas plus que rapide!

5__74_
"Le pla de Lalau"

 

5__77_
"cascades rafraîchissantes"

5__79_
"Les jambes sont fortement sollicitées"

5__82_
"Arrivée du mauvais temps"

 

5__83_
"Laurent, Cécile, Eric et Nicolas"

Soirée à la cabane d’Aouen

Nous nous installons rapidement dans l’abri. La cabane d’Aouen est un petit refuge d’altitude non gardé possédant deux pièces indépendantes. Nous occupons la plus petite des deux, soit un petit réduit de moins de 5m carré. Le confort plus que sommaire nous apparaît alors d’un très grand luxe compte tenu des conditions météo qui se sont très fortement dégradées depuis notre arrivée. Nous partageons notre repas avec Cécile et Laurent, un sympathique couple venu d’Auvergne et passionné de randonnées. Au programme de la soirée, histoires de randonneurs, anecdotes… Dehors, la grêle tombe fort et l’orage gronde! Heureusement que nous n’avons pas planté la tente ce soir !!