GR10.fr - La grande traversée des Pyrénées

La grande aventure de la traversée des Pyrénées via le gr10, vous en aviez rêvé? Alors, faites-le! Ce site vous aidera à préparer votre itinéraire, matériel et alimentation. Il contient également le récit complet des 41 jours de marche de Eric et Nicolas.

17358766_1677400458941817_4681442478298677853_o
photo : Patrick Boudier

La marmotte fait son trou
Ce gros rongeur attendrissant avait disparu des Pyrénées il y a bien longtemps : les marmottes qui aujourd'hui creusent leurs terriers un peu partout sur la chaîne descendent en fait de marmottes des Alpes, réintroduites ici avec un grand succés depuis les années 50. Pour le plus grand plaisir des randonneurs... et des aigles.

article de Jean-Marie Gourreau (Pyrénées Magazine n°11 Septembre-Octobre 1990)

marmotte
représentation animale - Abri de Laugerie Basse (24) en bois de Renne - 17.000 ans

Disparue des Pyrénées il y a 12000 ans...

D'origine vraisemblablement nord-américaine, la marmotte gagna l'Europe au début de l'époque quaternaire (2.6 M d'années), après avoir effectué un long voyage à travers l'actuel détroit de Behring et l'Asie. Au Pléistocéne, on la rencontrait dans toute l'Europe, comme en témoignent les nombreux restes fossilisés retrouvés dans presque toute la France, en particulier dans le Sud-Ouest.
Elle colonisait alors aussi bien les plaines que les premiers contreforts montagneux du Massif central et des Pyrénées. Jusqu'au versant espagnol, où deux gisements fossiles remarquables ont été mis à jour : à Castillo, près de Santander, et à la Pena de Candamo, près d'Oviedo.
En revanche, à l'inverse du bouquetin, l'homme des cavernes n'a laissé que peu de représentations rupestres de la marmotte sur les parois de ses abris. On n'en connaît que trois : celles de Combarelles, en Dordogne, de Gourdan, en Haute-Garonne, et d'lsturitz, dans les Pyrénées-Atlantiques. La marmotte disparut définitivement du Sud-Ouest à la fin du Pléistocène (12.000 ans) sans que l'on sache très bien pourquoi, alors qu'elle survécut dans les Alpes et dans les Carpates.

docteur couturier

docteur Couturier à l'origine dans les années 50 de la réintroduction de la marmotte dans les Pyrénées.


Dans les années 50, l'homme décida de la réintroduire...

C'était le 15 mai 1948. Ce jour-là, le docteur Marcel Couturier de Grenoble, grand chasseur devant l'Eternel, mais aussi protecteur de la nature à ses heures, lâcha, en compagnie de Messieurs Sabatut et Knobel, 6 marmottes âgées d'un an dans le vallon du Barrada, au-dessus de Gèdre, au lieu-dit le cirque d'Ets-Litz. Ces animaux provenaient des Alpes, de la montagne de Vars dans le Queyras, où ils avaient été capturés en novembre 1947. C'est en chassant l'isard que Couturier avait repéré le site du lâcher. A l'inverse des réintroductions ultérieures, il tenta cette expérience par simple curiosité. Les jeunes rongeurs, remis en liberté sur la rive droite du torrent, sur le versant sud du Maucapera, se dispersèrent dans les jours qui suivirent dans un rayon d'une centaine de mètres autour du lieu du lâcher. Quelques sujets montèrent vers le nord, au pied des parois du Maucapera, alors que d'autres se dirigèrent vers l'ouest pour s'établir dans le couloir d'avalanche de Marraut.

Quatre ans plus tard, Couturier réitéra l'opération. Deux marmottons de l'année, capturés le 10 août 1952 dans la haute vallée de la Bonne, près de Valjouffrey dans l'lsère (actuel parc des Écrins), furent relâchés le 25 du même mois au milieu de la colonie du cirque d'Ets-Litz, qui les accepta immédiatement.

En 1954, on dénombrait 25 sujets dans cette vallée. L'expérience avait parfaitement réussi, et la marmotte allait bientôt partir à la conquête des Pyrénées.

Ce premier lâcher ne fut pas sans suite. Couturier fut imité à l'autre bout de la chaîne, dans le massif du Carlit, par la Fédération départementale des chasseurs qui, en juillet 1951, réintroduisit 6 couples de marmottes capturées elles aussi dans les Alpes. Leur but n'était cependant pas le même que celui de Couturier : en lâchant ces marmottes, ils espéraient protéger l'isard et le lièvre de leurs prédateurs, en particulier de l'aigle. Dans les Alpes, en effet, le régime alimentaire de cet oiseau de proie est composé pour moitié de marmottes, en été tout au moins. Pourquoi n'en serait-il pas de même dans les Pyrénées si ce rongeur, plus facile à capturer que les jeunes isards, était à sa disposition ? Ce raisonnement se révéla, plus tard, exact.

D'autres lâchers eurent lieu par la suite. Dans sa thèse de doctorat vétérinaire, Olivier Jean, qui a particulièrement bien étudié la réimplantation de la marmotte dans les Pyrénées, rapporte une réintroduction plus ou moins clandestine en haute vallée de Barbaugère, ainsi que d'autres, tout à fait officielles cette fois, en 1954 au Pont d'Espagne, au-dessus de Cauterets, puis en 1955, à nouveau dans le vallon du Barrada. Mais les dernières tentatives de réintroduction effectuées par les fédérations départementales de chasseurs se soldèrent par des échecs, les lieux des lâchers n'ayant vraisemblablement pas été suffisamment bien choisis : ce fut notamment le cas en 1959 pour les 15 animaux introduits dans la réserve du mont Valier, les 44 autres remis en liberté en 1965 près du pic de Bacanère, ainsi qu'en 1973 pour les 6 nouveaux sujets relâchés au pic du Burat. Toutes ces marmottes passèrent la frontière et établissent leurs quartiers, d'hiver comme d'été en Espagne... Pour sa part, le parc national des Pyrénées occidentales entreprit, dès sa création, de nombreux lâchers sur toute la zone mise en réserve (vallée d'Aspe, massif d'Ossau, val d'Arrens et cirque de Gavarnie). Ceux-ci furent poursuivis jusqu'en 1973, date à laquelle tout le domaine du parc fut peuplé. Le dernier lâcher fut effectué en 1988 au pied du Montaigut à partir de marmottes capturées dans le cirque de Troumouse.

  La plus grande partie de la chaîne est maintenant recolonisée

A l'heure actuelle, la quasi-totalité de l'arc Pyrénéen est recolonisée, et la marmotte est devenue un animal familier des montagnards. Toutefois, plus on s'engage vers l'est, plus les colonies se font rares ; elles seraient encore absentes en Haute-Garonne, où les quelques lâchers effectués furent des échecs. De même, dans les Pyrénées-ariégeoises, les colonies sont peu fréquentées, sauf à la frontière avec les Pyrénées-orientales, atteinte par certains sujets originaires du massif du Carlit, abondamment peuplé depuis le lâcher de 1951.

p6220037lieu privilégié : pelouse parsemée d'éboulis ou de gros blocs

Où trouver le territoire des marmottes?...

Les terriers de ce sympathique rongeur, le plus gros de notre faune, se rencontrent généralement entre 1300 mètres et 2400 mètres d'altitude.

Son territoire type est une pelouse parsemée d'éboulis ou de gros blocs de 1900 à 2000 mètres et orientée au sud-est. L'ensoleillement y atteint son maximum, l'humidité y est relativement faible et la visibilité excellente.

En revanche, si la colonie est exposée au nord ou au nord-ouest, elle se rencontrera à une altitude plus basse, mais jamais dans la forêt. Dans la partie orientale de la chaîne, les territoires se situent à des altitudes plus élevées. Ce fait tient sans doute à l'influence du climat méditerranéen, beaucoup plus chaud et sec que le climat océanique de la partie occidentale des Pyrénées. Les colonies s'établissent sur des sols aussi bien calcaires que granitiques ou schisteux, pourvu que la marmotte puisse y creuser son terrier.

schema
schéma terrier de marmotte

EN_VDLF_S43_IM1_Marmotte_trou
© Gnomefilliere

Description du terrier de la marmotte

Dans celui-ci, elle passe, si l'on inclut la nuit, 80% de son temps. Il existe deux types de terriers, le terrier d'été et celui d'hiver. Le terrier d'été sert de lieu de reproduction et d'abri. De 3 à 10 mètres de longueur, il possède une entrée principale, généralement située sous un gros bloc de rocher, et des entrées secondaires. La galerie, d'une quinzaine de centimètres de diamètre, est plus ou moins sinueuse et sa pente est faible ou nulle. Elle aboutit à la chambre principale où vit la famille, c'est-à-dire le père, la mère, les jeunes de l'année précédente et les marmottons de l'année. Cette chambre mesure de 80 à 90 centimètres de longueur sur 40 centimètres de diamètre environ. Son sol est tapissé d'une bonne couche de foin propre et bien sec. Cette vaste salle communique en aval avec une pièce plus petite qui sert de toilettes. MARMOTTE-VILLE Ce terrier se trouve généralement situé au centre du territoire familial qui peut avoisiner plusieurs milliers de mètres carrés. A sa périphérie, et disséminés sur tout le territoire, la marmotte possède d'autres terriers, simples galeries parfois très courtes, qui servent de refuge en cas de danger imminent : ce sont les "trous" de fuite. Ces territoires familiaux sont généralement regroupés et forment une sorte de ville : marmotte-ville en quelque sorte... Ils sont reliés les uns aux autres par des sentiers caractéristiques résultant d'allées et venues continuelles. Des voies similaires conduisent aux postes stratégiques d'observation, aux places de jeu des jeunes et aux emplacements des bains de poussière. Quant au terrier d'hiver, il sert de chambre d'hibernation. Il est creusé en septembre, généralement en contrebas du terrier d'été, et s'enfonce profondément dans le sol. Il est fermé par un bouchon de terre et de végétaux qui protège les animaux du froid et des intempéries. Exclusivement diurne, l'activité de la marmotte est invariable durant tout l'été.

  Déroulement d'une journée de marmotte

Le soleil à peine levé, avec lenteur et circonspection elle met le nez à la fenêtre : elle observe, écoute, et ce n'est qu'une fois rassurée qu'elle prend son petit déjeuner, ne perdant guère de vue son trou, même si elle s'en éloigne d'une centaine de mètres. Si aucun incident ne vient la troubler, elle ne rentrera dans son terrier que vers onze heures. Sa quête de nourriture est cependant entrecoupée de périodes d'observation et de bains de soleil, en général sur une large dalle proche de son logis : attentive au moindre bruit ou au moindre mouvement, elle surveille son territoire, tandis que ses rejetons jouent ou creusent un peu plus loin.

La forte chaleur de midi l'incite à se retirer dans l'ombre de son terrier d'où elle ne ressort guère avant 16 ou 17 heures, pour une seconde séance de "farniente". Comme celui du matin, le repas du soir peut durer plusieurs heures et ne se terminer que quelques instants avant la tombée de la nuit.

Par temps de brouillard ou de pluie, cependant, ce rythme journalier binaire est perturbé : la pause de midi est abolie. La marmotte ne sortira pas de son trou avant 10 heures, et on ne la verra plus après 18 heures. Sa journée est alors partagée entre la prise de nourriture, la surveillance du territoire et de plus ou moins longues siestes au fond de son terrier...

Deux des 100 espèces de plantes consommées par la marmotte

220px-Trifolium_alpinum
trèfle alpin

800px-Lotus_corniculatus11
le lotier corniculé

Plus de 100 espèces de plantes différentes composent son alimentation...

L'alimentation de la marmotte est très variée. Plus d'une centaine de plantes figurent à son menu. Autant dire qu'elle peut brouter ou ronger tout ce qui lui tombe sous la dent.

Au cours de ses deux repas journaliers, elle absorbe 400 à 500 grammes de nourriture, soit une centaine de kilos au cours de sa vie active de l'année. Son régime se compose de graminées (fléole, fétuque et pâturin) ; de légumineuses, comme le trèfle des Alpes, le lotier corniculé, le sainfoin, l'astragale et l'anthyllide vulnéraire ; de polygonacées, comme la renouée et le rumex - tout particulièrement ses tendres pousses lorsqu'elles émergent à la fonte des neiges - et de toutes sortes de rosacées, d'ombellifères et de composées. Elle broute aussi des plantes très épineuses comme la carline, dont le cœur, c'est-à-dire le capitule en bouton, fait ses délices. Elle gaspille peu, coupant la partie supérieure des plus hautes plantes, les mangeant à partir du sommet (fleurs et graines) ou de l'extrémité (feuilles).

Elle n'emmagasine jamais de nourriture dans son terrier. Le foin qu'on peut y trouver ne sert que de litière. Accessoirement carnivore, elle ne dédaigne pas les insectes : on a pu la surprendre en train de retourner les bouses de vache desséchées ou les crottes de mouton, pour capturer les coléoptères fouisseurs qui s'y cachent. Elle ne mange que rarement de la neige et ne boit qu'exceptionnellement. L'eau des plantes succulentes ou couvertes de rosée semble lui suffire.

c8df7462

Comportement social des marmottes

Bien que grégaire, sa vie sociale n'est paradoxalement pas très développée. Si l'un des mâles de la colonie semble dominant, il n'y a ni hiérarchie sociale ni répartition du travail. Il n'apparaît aucune différence entre les femelles dans une même colonie. À la sortie de l'hiver, les jeunes qui vont avoir deux ans sont repoussés hors de la colonie par les mâles et vont s'établir à la périphérie, ou partent plus loin coloniser d'autres territoires, en franchissant parfois des cols élevés. La réapparition des marmottes causa tout d'abord de la surprise, puis de l'inquiétude chez les montagnards. Quelques sujets essuyèrent même des coups de feu, malgré l'interdiction de chasse. Mais ce comportement n'était dicté que par la curiosité, la surprise ou même la confusion. La marmotte n'a jamais été chassée dans les Pyrénées pour sa viande, sa fourrure ou sa graisse, comme ce fut le cas dans les Alpes.

montagne-marmottes
© mlehmann78

Une colonisation heureuse

Sa réintroduction a permis une colonisation rapide des deux extrémités de la chaîne pyrénéenne : de la vallée d'Aspe à la vallée d'Aure, il n'y a quasiment pas de pelouse ni d'alpage sans marmottes. De même, tous les massifs voisins du Carlit ont été largement colonisés, et les Pyrénées-espagnoles sont aujourd'hui repeuplées par les marmottes françaises, bien qu'aucun lâcher n'y ait été effectué. Souhaitons que l'homme continue longtemps encore à prendre sous sa protection ce charmant et paisible mammifère. Jean-Marie Gourreau (Pyrénées Magazine n°11 Septembre-Octobre 1990)

22520266_10208109753541503_9198938645213072760_ophoto : Patrick Boudier

Carte d'identité

- Avec une longueur de 57 à 73 centimètres, queue comprise, la marmotte est, après le castor, le plus gros rongeur de notre faune. Son corps, ramassé et puissant, porte une petite queue touffue.
- A l'état adulte, son poids en automne varie de 4,5 à 7 kg ; mais, après le sommeil hivernal, il n'est plus que de 2,8 à 3,3 kg.
- Sa fourrure est épaisse et serrée, de couleur jamais uniforme, sauf chez les jeunes de l'année. Les adultes se reconnaissent à la dimension de la tache claire à l'extrémité du chanfrein, juste en arrière du museau : plus celle-ci est grande, plus l'animal est âgé. La marmotte peut vivre 14 ans.
- Les pattes antérieures possèdent 4 doigts ; les postérieures, 5. Ils portent des ongles longs et durs, outils puissants utilisés pour le creusement du terrier. Plantigrade vrai, la marmotte repose sur le sol toute la paume des mains et toute la plante des pieds.
- Son odorat est plus développé que la vue. Il lui sert à reconnaître les individus d'une même colonie ainsi que les limites de son territoire, qu'elle marque avec deux sortes d'organes odorants : les glandes jugales au niveau des joues, et des glandes anales en avant de la queue. Le territoire de la colonie est ainsi délimité par une frontière invisible que les congénères de l'extérieur sont tenus de respecter. Quant à la sécrétion des glandes anales, elle sert à marquer les terriers, vraisemblablement aussi les voies de communication, et joue un rôle dans la reconnaissance des sexes et l'excitation sexuelle.
- L'hibernation est induite par la privation de nourriture et déclenchée par des facteurs hormonaux. Elle est en outre facilitée par l'embonpoint. A température et à durée du jour constantes, et si elle dispose de nourriture à volonté, la marmotte n'hiberne pas. Si, en revanche, on abaisse progressivement la température et qu'on la prive de nourriture, la marmotte entre en léthargie. Il faut 3 à 4 semaines pour déclencher ce phénomène en été, mais seulement 3 à 4 heures à la fin de l'automne ou en hiver.
- Pendant le sommeil, les réflexes de la marmotte sont supprimés, son rythme cardiaque est très ralenti : le nombre des battements de son cœur peut alors tomber à 5 par minute ! Au cours de son hibernation, elle se réveille à plusieurs reprises, toutes les 2, 3 ou 4 semaines environ, sous l'effet des déchets du métabolisme accumulés dans le rectum et la vessie. Le temps de chaque veille varie de 12 à 36 heures.